Apprendre à déguster son Whisky

whisky1.jpg

Je suis en apprentissage, j’apprends à déguster les whiskys et c’est ma nouvelle passion du moment. Je dois dire que cet apprentissage est simple et complexe à la fois. Simple parce qu’au final  le goût est une chose personnelle et qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Complexe parce qu’il y a tellement de subtilité dans un bon whisky que les découvertes et l’apprentissage n’ont pas de fin.

J’aime lire des critiques et des notes de dégustation des autres. Parfois sur le même whisky certains peuvent dire « noir » tandis que d’autres « blanc ». C’est à se demander s’ils ont tous goûté le même…  Voici un exemple des différentes interprétations d’un même whisky tiré de l’excellent site Québec Whisky.

Quatre dégustateurs, quatre évaluations assez différentes pour le même produit un Bruichladdich Waves 7 ans:

André 91%
Définitivement Islay ! La tourbe est superbe, sucrée et très veloutée. Le côté agrume adoucit le taux d’alcool. C’est à s’y méprendre… on croirait du Ardbeg, mais c’est un superbe et jeune Bruichladdich !

RV 88%
Bien conçue, c’est une pugiliste qui bouge bien en plaçant soigneusement ses coups, mais ses punchs manquent un peu de puissance pour être une championne. Chips ordinaire brûlée un peu cartonnée avec une touche de miel au nez. Au gout, tourbe du Ardbeg, mais avec une gêne. Arrivée un peu épicée se déplaçant sur la tourbe, avec une belle finale nuancée qui passe de cendreuse à verte à cendreuse. Soubresaut mielleux vert en toute fin.

Patrick 95%
Ma découverte de l’année 2009! Un mélange d’une harmonie incomparable où l’on retrouve tourbe, miel, vin, agrumes, épices, bref, tout y est! Malgré la présence de tourbe, ce whisky demeure extraordinairement doux. Original, rafraîchissant, relevé… Sera-t-elle un jour disponible au Québec???

Martin 78.5%
Couleur d’un orange doré modérément dénaturé. Nez: Tourbe salée et feuilles de nori au premier plan. Suivi de noix et raisins, fleurs et pommes, punch aux fruits et Pine-Sol. Bouche: Miel, fleurs et poivre blanc. Finale: Subtile fumée terreuse. Fond d’eau salée qui a servi à steamer des hot-dogs. Fleurs amères, cuir et caoutchouc. Équilibre: La finale nous prend trop par surprise, pas une surprise-party, mais un peu plus comme « Je suis en prison et je viens d’échapper mon savon ». C’est malheureusement assez pour que je ne veuille pas y retourner. Aurait gagné à miser sur un côté sweet pour balancer les vagues de l’océan.

Mais comment font-ils pour percevoir et saisir autant de caractéristiques extrêmes, différentes et expressives? 

La réponse est toute simple mais demande un peu d’effort, c’est de se construire des expériences de dégustation. Un vocabulaire de goûts, pas nécessairement liés au whisky. Des espèces de photos « instantanées » de différentes choses goûtés et on note dans sa mémoire et un carnet les caractéristiques de cette saveur. Plus on en fait, plus notre dégustation de whisky deviendra meilleure et précise. 

Pour m’aider, j’utilise la Roue des Arômes de Mald-Vingtier tirée du livre Iconic Whisky.

img_20180730_133949.jpg

Maintenant la technique:

Le verre
Le type de verre que vous utiliserez vous aidera grandement. Il est préférable d’utiliser un verre qui a une ouverture étroite car cela va canaliser et concentrer les arômes du whisky vers vos narines. Ce type de verre est appelé un « Glencairn« , mais un verre à vin de forme similaire ou un verre de brandy fonctionne bien aussi.

Le nez
Le nez c’est la sensation et les arômes du whisky que vous dénotez avant de le déguster. Des caractéristiques importantes peuvent être ressenties et devraient donner une indication sur ce que le whisky aura au goût.

nez

Exemple:
Nez: Tourbe salée et feuilles de nori au premier plan. Suivi de noix et raisins, fleurs et pommes, punch aux fruits et Pine-Sol.

  • Versez une quantité raisonnable de whisky dans votre verre et faite-le tourbillonner un peu afin de l’oxygéner et permettre à « l’évaporation des effluves » de commencer.
  • Une fois que vous avez tourbillonné, laisser le se reposer et éviter d’y plonger votre nez afin d’éviter de le « brûler » par l’alcool.
  • Prenez une note de sa couleur pendant que vous attendez un peu.
  • Maintenant, mettez votre nez au-dessus du verre et respirez doucement à petits coups, laissant les arômes circuler autour de vos narines. Répétez l’expérience plusieurs fois et pensez à ce que les arômes vous rappellent – sont-ils légers, frais, lourds, riches, fruités, floraux, épicés, enfumés etc.

Lors de notre premier « reniflement », c’est plein d’alcool et ce n’est pas évident d’identifier les sensations. Cependant, les deuxième, troisième et quatrième reniflements devraient révéler un peu plus à chaque fois que vos narines s’habituent.

Maintenant, essayez de prédire quel sera le goût du whisky.

La bouche
La saveur du whisky sur notre palais est, selon moi, le moment le plus agréable et gratifiant de l’expérience.

whisky-tasting-is-a-lot-of-fun.jpg

Exemple:
Bouche: Miel, fleurs et poivre blanc.

  • Il est important de ne pas boire le whisky trop vite, il faut plutôt le savourer en le mélangeant à votre salive dans votre bouche pour obtenir le maximum de saveur.
  • Passez le whisky sur toutes les zones de votre bouche pour obtenir un effet maximal.
  • Avant de l’avaler, essayez d’identifier les saveurs évidentes qui sont présentes.
  • Lors de votre deuxième gorgée, n’oubliez pas d’essayer d’identifier quelque chose de nouveau.

Rappelez-vous, qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses et les goûts de chacun sont différents donc ne vous inquiétez pas si vous obtenez une saveur nouvelle. Seulement les « prétentieux » vous diront que vous ne savez pas de quoi vous parlez.

La finale
La finale c’est l’arrière-goût qui vient après avoir avalé le whisky. Beaucoup disent que la complexité de la finale du whisky est ce qui en fait sont unicité. On qualifie souvent la qualité d’un whisky sur sa complexité finale.

whisky_good.jpg

Exemple:
Finale: Subtile fumée terreuse. Fond d’eau salée qui a servi à steamer des hot-dogs. Fleurs amères, cuir et caoutchouc.

  • Une fois que le goût brûlant de l’alcool s’est un peu dissipé dans votre gorge, de nombreuses saveurs peuvent se révéler, dont certaines peuvent être extrêmement subtiles.
  • Essayer de relier les saveurs et les sensations à des choses que vous avez goûté dans le passé.
  • Demandez-vous si les saveurs restent à court, moyen ou long terme. C’est ce qu’on appelle la longueur de la finition.

L’important c’est de vous amuser et de partager vos expériences. N’hésitez pas à me laisser des commentaires sur vos dégustations et sensations.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.