Le Gongfu cha, ou l’art de boire son thé avec un moine taïwanais

Buddist Monk Toroko Gorge 2010 Reworked Blog

Agir avec application, prendre son temps, déguster… pas seulement le thé mais le moment présent. En Amérique on lui donne le nom, un peu pompeux, de « cérémonie du thé » mais pour Tsung-Han, ce n’est qu’une pause bien ressenti dans sa longue journée, c’est le Gongfu cha.

À Taïwan, aussi nommée « la terre des thés », ce serai une hérésie que de boire son thé en sachet, on le boit en feuilles et c’est tout un art. Pendant mon séjour, j’habitais chez un couple bouddhiste en périphérie de la ville de KaohsiungTsung-Han est l’aïeul et passe la majeure partie de sa journée à méditer et vocaliser ses mantras devant la grosse statue de Bouddha au troisième étage de la maison. Je n’ai pas vraiment de moyen de communiquer avec Tsung-Han, il ne parle que le taïwanais, mais après quelques jours en sa demeure, il m’invite à monter et à m’asseoir devant une table basse. C’est tout un honneur, il veut partager un moment privilégié avec moi, il veut boire le thé en ma compagnie.

gongfu-chan-taiwan.jpg

Réchauffer la théière, stériliser les tasses à thé et le tamis

Tsung-Han a réchauffé et stérilisé une petite théière d’argile en la remplissant d’eau bouillante et en laissant reposer le tout pendant quelques minutes. Il a ensuite versé de l’eau bouillante sur une petite passoire et a remplie les tasses à thé.

Rincer les feuilles de thé

Il a fermé les yeux quelques secondes, probablement un moment de recueillement auprès de Bouddha, et a vidé la théière et les tasses de l’eau chaude. Il a placé une quantité mesurée de thé dans la théière et a remplie avec de l’eau à une température précise (la bouilloire est sur un réchaud). Il a même fait débordé un peu l’eau de la théière et a jeté l’eau. J’ai compris alors qu’il rinçait les feuilles de thé.

Première infusion

Il a remis de l’eau dans la théière a placé le couvercle et a attendu exactement 60 secondes. Il a versé le thé infusé dans un petit pichet sur lequel il y a un tamis et c’est à partir de ce pichet qu’il a servi le thé dans les tasses. Il m’a montré à tapoter deux fois sur la table à coté de ma tasse avec mon doigt (à ce moment je n’avais pas compris mais on m’a informé que c’est un merci silencieux) en guise de remerciement et c’est le moment de grâce, on savoure notre thé (faux), on savoure le moment.

Infusions suivantes

Non ce n’est pas terminé, une fois nos tasses vides (2 gorgées), Tsung-Han a remis de l’eau dans la théière et a recommencé le rituel. C’est à ce moment que j’ai compris ce que voulait vraiment dire Gongfu cha « agir avec application » puisqu’on a passé presque deux heures ensemble à partager nos âmes sans dire un mot.

Si vous venez chez moi, nous pourrons partager le Gongfu cha ensemble, évidemment je me suis acheté un « kit » et du thé de qualité. Il ne me manque qu’une autre âme pour le pratiquer.

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.